Les élus du Bloc Québécois au Saguenay – Lac-Saint-Jean ont rencontré des représentants du milieu culturel de la région pour dresser un topo de leurs réalités dans le contexte de la crise sanitaire. Ils étaient accompagnés de leurs collègues responsables des dossiers en matière de Patrimoine, Caroline Desbiens (Art et culture) et Martin Champoux (Communications).

 

La subvention salariale d’urgence mal adaptée au milieu culturel

Certaines des mesures gouvernementales ont pu donner un peu d’air aux entreprises pour traverser la crise actuelle. Toutefois, on constate qu’elles sont parfois mal adaptées aux réalités de l’industrie culturelle.

 

« Les organismes du milieu culturel travaillent souvent sur des événements ponctuels comme les foires et les festivals. Plutôt que d’avoir des salariés, les organismes font souvent appel à des travailleurs contractuels, mais ils ne sont pas admissibles à la subvention salariale d’urgence », indique Alexis Brunelle-Duceppe (Lac-Saint-Jean).

 

À cet égard, les députés bloquistes constatent plusieurs inquiétudes. « On se rapproche d’une reprise graduelle des activités. Ça soulève des questions sur plusieurs aspects, mais pour la culture, on leur dit juste de ne pas s’inquiéter », soutient Mario Simard. « Nos artistes sont incroyables. Ils apportent une richesse dans nos régions et font rayonner le Québec à l’étranger. Il est absolument nécessaire d’adapter les mesures financières du gouvernement pour répondre aux besoins de l’industrie culturelle », poursuit le député de Jonquière.

 

Inquiétudes par rapport à la PCU

Pour les travailleurs, il est aussi trop tôt pour compter strictement sur la subvention salariale d’urgence en tenant pour acquis que les employeurs vont réembaucher les personnes mises à pied. En effet, les programmations culturelles ont été annulées au début de la crise et ça pourrait prendre un certain temps à redémarrer l’industrie.

 

« Dans l’industrie culturelle, les événements sont prévus des mois, voire des années à l’avance. Avec les annulations des programmations, il va falloir tout recommencer à zéro et ça pourrait prendre un certain temps avant que ça redevienne profitable », prévient Caroline Desbiens en demandant un soutien gouvernemental tant que les activités ne seront pas revenues à la normale. « La culture, dans toute sa diversité, est un vecteur économique d’une grande importance, car elle contribue à la rétention touristique et ainsi, par ricochet, contribue à l’expansion du réseau agroalimentaire. Culture, tourisme et agrotourisme sont indissociables, particulièrement en région ! », poursuit la députée de Beauport – Côte-de-Beaupré – Île d’Orléans – Charlevoix.

 

En clair, les élus du Bloc Québécois invitent le gouvernement fédéral à porter une attention particulière à la culture dans le cadre du plan de relance. « Pour qu’il y ait une relance efficace et durable du milieu culturel, il faut d’abord assurer sa survie », rappelle Martin Champoux, député de Drummond. « Il est primordial de faire en sorte que les programmes d’aide correspondent à leurs réalités spécifiques afin de soutenir adéquatement les artistes, les organismes, les entreprises et les lieux culturels qui sont frappés de plein fouet par la crise. La reprise et l’avenir de tout le secteur culturel dépendent de nos actions immédiates », conclut-il.

– 30 –

Phillipe Maltais-Guilbault

Suivez-nous !

Restez informé

Rejoignez le mouvement.

Recherche
×
Fermer